Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références ». Malgré les difficultés rencontrées sur les premiers réseaux français actuellement en exploitation – notamment à Nancy et à Caen (définitivement arrêté le 31 décembre 2017) – il est encore trop tôt pour se prononcer sur l'avenir de cette technique. nécessaire], car il n'y a pas à creuser ; il faut cependant refaire la voirie et les réseaux. Ce même véhicule par extension est aussi couramment appelé tramway. En revanche, il est contesté par certains représentants associatifs, comme Denis Teisseire, président de l’association Trans’Cub. Le polymère est facilement écrasé par les roues des tramways beaucoup plus lourds. Certains des premiers tramways électriques étaient alimentés par des batteries placées sous la caisse ou dans les banquettes des voyageurs. Un bus électrique de son côté part chargé du dépôt le matin. Le reste du coût réel d’un voyage, soit les deux tiers, est financé par la collectivité, autrement dit par tous les contribuables. Coûts affectés aux nouvelles installations Coûts de l'entretien courant Coût d'entretien hors coût de régénération. Des écarts très importants apparaissent sur les tramways, de 12 M€ du km sur le projet Lea à Lyon à 26 M€ du km à Toulon, voire 30 M€ du km à Strasbourg. La modernité technique que représente l'électricité et surtout les faibles nuisances engendrées par celle-ci facilitent son adoption rapide, une fois que les difficultés liées à la production et au transport de l'électricité furent résolues. Les matériels récents à plancher-bas utilisent également des systèmes hydrauliques pour le freinage[b]. Certains allaient jusqu'à y voir une «recette infaillible pour gagner les élections». Le coût des bus et tramways dans le collimateur de la Cour des comptes. Les supercondensateurs utilisés pour la propulsion, réduiraient au moins de moitié le coût d'exploitation d'un BHNS sans rails ni caténaire, par rapport à celui d'une ligne classique de tramway[33],[34]. Cette méthode fut oubliée pendant près d’un siècle à la suite de l’invention du caniveau souterrain. Tramway de Strasbourg, place de l'homme de fer. Ce souci d’esthétisme explique pourquoi le tramway de Bordeaux, mis en service en 2003, comprend plusieurs sections avec alimentation par le sol (APS) : elle se fait par un troisième rail, situé entre ceux de roulement. La première partie du réseau du tramway du Mans datant de 2007 était considérée comme le tramway le moins cher de France au moment de l'inauguration, avec un coût de 302 millions d'euros, pour 15,4 km. Pour différents pays. Or ce n’est pas le cas. Les travaux de mise en place de l'infrastructure nécessaire au tramway nécessitent de repenser l'aménagement des espaces publics et sa distribution. Des défauts dans le système d'un exploitant comme la magnétisation des charrues du fait des métaux employés et du frottement contre les rails de contact avaient pour conséquence que ce type de charrue ramassait des débris métalliques, qui tombaient dans le caniveau du concurrent aux croisements. Les accidents comptabilisés par le BAAC surviennent essentiellement aux abords des stations[5]. Vous pouvez également laisser un mot d'explication en page de discussion (modifier l'article). À Bruxelles, dès qu'un tunnel de prémétro atteint une longueur suffisante, il est exploité en métro lourd avec rehaussement des quais et réorganisation des lignes de tram qui l'empruntaient précédemment. Cela permettait d'éviter de créer de coûteuses et inesthétiques lignes aériennes, mais impliquait de fréquentes recharges, limitant l'autonomie du véhicule. Avec l'apparition de l'électromécanique et de l'électronique, le frein à air laisse progressivement sa place aux freins électriques. Le courant était capté par une « charrue » suspendue sous le tramway. Cette méthode n'était pas entièrement satisfaisante, le chariot ayant trop souvent tendance à dérailler. Le réseau de tramway lausannois a existé de 1895 à 1964. Le logement est aujourd’hui le principal coût de la vie d’une famille au Portugal. L'alimentation par le sol utilisée à Bordeaux au début du XXIe siècle s'inspire d'un de ces systèmes (relais alimentant le rail de contact par section, en fonction de l'avancement du tramway situé immédiatement au-dessus). L'origine étymologique du mot « tram » n'est pas clairement définie. Mais toutes ces technologies s’effacèrent après que la démonstration éclatante de l’électrification par Frank J. Sprague du réseau de tramways de Richmond (Virginie), a prouvé, dès 1887, que la traction électrique était le moyen idéal de propulsion des tramways. Le terme « tramway » désigne donc une voie ferrée formée de 2 rails parallèles sur lesquels circulent des véhicules. D’où vient, alors, ce déficit de 100 millions ? Werner von Siemens, qui avait été en communication avec Pirotsky, ouvre une ligne commerciale de tramway électrique à Berlin-Lichterfelde en mai 1881. Il est le premier à introduire un matériel à plancher bas intégral, rendu possible grâce à l'installation d'une partie de la motorisation en toiture. Les progrès techniques des autobus les rendant plus fiables, ces derniers deviennent des concurrents sérieux pour le tramway, car ils ne nécessitent pas la mise en place d'une infrastructure onéreuse, mais se contentent d’emprunter la chaussée dont les coûts d’entretien sont difficiles à répercuter sur les divers utilisateurs. Jean-Marie Guétat, William Lachenal et Georges Muller. Toujours en Suisse romande, différents nouveaux projets de tramways sont en cours d'étude à Bienne et à Lausanne. Le freinage à air a peu à peu disparu notamment lors du développement du matériel PCC de seconde génération all-electric (« tout-électrique »), celui-ci reste cependant encore d'usage sur certains matériels[a]. Néanmoins, dès le début des années soixante, les services par autorails sur les lignes inter-urbaines non électrifiées avaient été convertis en service par autobus. En France le premier projet récent fut le tram-train de l'Ouest lyonnais, mis en service en 2012. Le freinage par récupération est de plus en plus utilisé, permettant des économies d'énergie non négligeables. La traction à vapeur fut parfois employée, soit au moyen de petites locomotives dont l’embiellage était le plus souvent dissimulé afin de ne pas effrayer les chevaux, soit au moyen de tramways autonomes munis d’une machine à vapeur[21]. Il recule, mais demeure important. Une discussion à partir de deux cas d’usage : les véhicules et installations de charge pour la transition énergétique bus, les coûts de rénovation et renouvellement d’infrastructures tramway. En France, le terme wattman est tombé en désuétude au contraire de la Suisse romande. De nos jours, seule la compagnie Chicago, South-Shore & South-Bend subsiste : elle offre un service de banlieue Chicago South-Bend ; ses rames circulent encore au milieu de la rue à quelques endroits. Quant au coût d’exploitation, ils le chiffrent entre 1,3 et 2,5 millions d’euros par km de ligne de métro, soit plus de 38 millions d’euros par an au total. "Le réseau tel qu’il est dessiné occasionne des coûts disproportionnés. Le seul vestige de ce grand réseau est le tramway de la côte belge, le long de la côte belge, plus précisément de Knokke à la Panne. Cependant, la signalisation modifiée (balises Indusi et dérailleurs enclenchés) empêche l'intrusion de trains conventionnels lors de sa circulation car les rames Talent ne satisfont pas aux normes nord-américaines de protection passive contre les collisions. À cette époque, les compagnies produisaient elles-mêmes leur électricité, et revendaient l'éventuel surplus à des abonnés locaux. L'automobile est encore – pour peu de temps – réservée à une clientèle aisée. Les transports hippomobiles ont quasiment disparu de toutes les villes européennes et américaines autour des années 1910, et les bus sont encore en phase de développement, gagnant en fiabilité mécanique, mais restant en deçà des prestations offertes par le tramway. La conception des tramways vécut une révolution au cours des années 1930 quand, en 1931, une conférence réunissant plusieurs présidents de compagnies de tramways américaines, l'Electric Railway Presidents Conference Committee élabora les spécifications du tramway PCC, le but étant d’offrir aux voyageurs un moyen de transport confortable susceptible de les détourner de l’automobile. Ainsi, le CarGoTram à Dresde approvisionne depuis 2001 en pièces détachées une usine Volkswagen. Une des raisons majeures du succès rencontré depuis les années 1980 est liée à l'idée qu'il propose une nouvelle image des villes qui l'ont choisi. C'est la reprise d'une pratique qui fut fréquente au début du XXe siècle, où des lignes de chemins de fer secondaires et de tramway avaient une fonction de transport de marchandise plus ou moins affirmée. Aux États-Unis, le premier tramway à vapeur a été utilisé à Philadelphie, en 1875-1876[T 1]. Chaque motrice se rechargeait en air comprimé à une station spécifique en bout de ligne. Les terminus sont au P+R Bernex et à Meyrin-Gravière. Plus rapides et confortables que les omnibus (circulant sur les voies carrossables), les tramways ont un coût d'exploitation élevé du fait de la traction animale. Le mot apparaît en langage flamand vers 1510, désignant la poutre ou arbre d'une brouette, d'un traîneau, ou encore d'un camion (à cette époque charriots, notamment ceux utilisés dans les mines de charbon), ainsi que dans le vieil écossais de la même époque avec le mot tram, trahame, tramme, désignant également une poutre ou pièce maîtresse d'un navire, d'un chariot, ou d'un traîneau[2],[3]. Elle possède donc un des rares arrêts de tramway français en service depuis un siècle. A Bordeaux, le ticket de tram est l'un des moins élevés de France. On notera également quelques tramways à accumulateurs. 70 % du coût d’un voyage en tram est remboursé par le tickarte. La recharge s'effectue automatiquement à chaque station. Depuis 2017, le T11 Express relie, en Île-de-France, Le Bourget à Épinay-sur-Seine avant un prolongement non daté vers Sartrouville et Noisy-le-Sec[22]. C'est Alsthom (aujourd'hui Alstom) qui est retenu et il est alors demandé à 8 villes d'étudier l'implantation du tramway. Le début des années 2010 voit d'importants travaux qui mènent à des lignes de tramway complétant le tour de la ville d'ouest en est par le sud. Le coût d’opération est lui par contre élevé : le carburant est cher et polluant, et la maintenance coûte plus cher. Une grande partie du réseau de transport ferré suisse construit entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle a été maintenu en service et développé jusqu'à nos jours. Au Québec, le conducteur d’un tramway était appelé garde-moteur. Long de 15 kilomètres, il est mis en service dès 1838[8]. Le tramway de Grenoble inauguré en 1987 apporte comme innovation majeure le plancher bas à 350 mm du plan de roulement sur une importante partie de la rame, rendant ce mode de transport plus accessible aux personnes à mobilité réduite que celui de Nantes (comportant des marches) sans la nécessité de recourir aux quais hauts, cette dernière solution étant préférée en Amérique du Nord. En France, les pouvoirs publics investissent alors surtout dans la mise en place de réseaux d'autobus, voire dans des infrastructures routières et autoroutières destinées à une automobile désormais perçue comme la marque du progrès. En effet, lors d’une estimation préliminaire ou pour vérifier une estimation détaillée, il est tentant d’utiliser une référence de coût d’un investissement existant, même si celui-ci se situe dans un autre pays. L'industrie française ne se mobilise pas beaucoup pour ce concours reprenant des principes alors considérés comme « vieillots ». En France et en Suisse romande, seuls les réseaux de Lille, de Saint-Étienne, de Marseille, de Genève et de Neuchâtel survivent à cette période, mais ils sont réduits chacun à une ligne unique. En France, un tramway électrique circule pour la première fois à Clermont-Ferrand en 1890[12]. Au Mans, qui a inauguré ses 15,4 premiers kilomètres en 2007, il en a couté 302 millions d'euros, dont 274 millions à la charge de la communauté … 1,40 € pour voyager à volonté, une heure après la validation. Ex. La vitesse est lente par rapport au métro et le débit est inférieur : de l'ordre de 7 000 passagers par heure au maximum contre plus de 12 000 pour le métro. "Le tram coûte cher à la construction. À l’origine actionnés manuellement au moyen d’un levier pointu, les aiguillages les plus utilisés ont rapidement été automatisés au moyen d’un solénoïde commandé par l’appel de courant sur une section isolée de la caténaire (activation de l’aiguillage ou pas, si le tramway tractionne en franchissant la section). Le développement de l'alimentation électrique, complexifiée par l'interdiction des lignes aériennes dans certaines grandes villes, ne prend une véritable ampleur qu'à partir de 1895 à Paris et en région parisienne (tramway de Versailles). Les premiers tramways sont apparus aux États-Unis durant la première moitié du XIXe siècle, ils sont alors tractés par des animaux, en général des chevaux. En effet, alors que la facture de l’installation d’un kilomètre de rails et de caténaires peut rapidement grimper à une (ou plusieurs) dizaine(s) de millions, elle ne serait « que » de 2 millions avec ce nouveau système. C'est le mode de déplacement urbain qui consomme le moins d'énergie par kilomètre et par personne, La place du tramway est là où la fréquentation potentielle est trop importante pour être absorbée par un bus (12, Avantages dérivés de la traction électrique. À Bruxelles, la STIB a procédé de 2006 à 2011 à la réorganisation et au prolongement de ses lignes de tram. Par ailleurs, il y a un vrai souci avec la fraude. Pour les coûts, il est très difficile de les obtenir, donc de les comparer. La première ligne rouverte dans la région est la ligne 1 reliant Saint-Denis et Bobigny en Seine-Saint-Denis en 1992, suivent l'ouverture de 3 autres lignes dans le courant des décennies 1990 et 2000. Ces tramways à vapeur étaient dotés d'une quarantaine de places, pesaient environ seize tonnes et bénéficiaient d'une puissance de traction de 200 à 300 tonnes en pente[T 2]. 34 % en 2012. Depuis, la reconstruction d'un réseau de tramways est en cours avec une reconstruction probable des prolongements jusqu'au communes françaises d'Annemasse, Saint-Julien, Saint-Genis-Pouilly et Ferney-Voltaire. Directement inspiré du monorail Larmanjat ayant circulé en 1868 sur le tramway du Raincy à Montfermeil, le tramway sur pneus est guidé par un galet (roulette à double boudin) suivant un rail central (guidage mécanique) ou par une cellule optique suivant un trait tracé sur son chemin (guidage optique). P. 156, Ye. Faut-il en déduire que le tram coûte 100 millions d’euros chaque année à la CUB ? de coût d'un tram réutilisant l'emprise d'une voie ferrée (quasi) désaffectée : LEA/T3 [5] à Lyon Ces véhicules étaient d’ailleurs déraillables, le cocher menant ses chevaux dans une direction presque perpendiculaire à la voie, ce qui lui permettait de s’approcher du trottoir pour y embarquer des passagers. Mais ses batteries sont grosses, coûteuses et lourdes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. ), le tramway se révèle être une cible de choix à bloquer facilement causant un important désagrément (contrairement aux bus). Tandis que le métro est privilégié à Lyon et Marseille qui l’inaugurent en 1978, le renouveau du tramway en France intervient avec le concours lancé par le secrétaire d'État Marcel Cavaillé en 1975. 47 personnes ont été blessées hospitalisées dont 25 piétons et 3 passagers du tramway[6]. Dans le cas où cohabitent tramways et trolleybus, il est nécessaire de soigneusement isoler les fils du trolleybus, le retour du courant se faisant par cette voie. C'est pourquoi la traction mécanique est rapidement développée : à vapeur dès 1873, à air comprimé (système Mékarski) et à eau surchauffée (système Francq) dès 1878, puis tramways électriques à partir de 1881 (présentation de la traction électrique par Siemens à l'exposition internationale d'Électricité de Paris). Au-delà des avantages techniques et économiques, le tramway procure aussi des avantages en termes d'image de la ville. Lorsqu'ils sont établis sur des rails à gorge, ils peuvent en outre ne pas comprendre de contre-rail au droit du cœur, la gorge faisant office de contre-rail. La ligne 14 du tramway de Genève est une ligne diamétrale exploitée par les Transports publics genevois (TPG). Si les réseaux de tramways utilisent actuellement l'énergie électrique produite par les grands producteurs nationaux, ce n'était pas le cas à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle. Circulant sur pneus, ces rames sont capables de franchir de fortes pentes (jusqu'à 13 % selon le constructeur) à moindre coût ; techniquement, les tramways classiques peuvent gravir des pentes allant jusqu'à 14 %. Les réseaux de tramways disparaissent presque totalement de France, de Suisse romande, des îles Britanniques et d'Espagne. "Les trois lignes de tramway ne desservent que 40 % de la population de la CUB, rappelle Christophe Duprat. Deux rames du tramway de la côte belge à l'arrêt du Coq, Un tram Bombardier Flexity 2 « Albatros » à Anvers, Un tram à plancher bas (réseau de Gand, 2006), La station Parvis de Saint-Gilles du prémétro de Bruxelles en 2012, Maquette grandeur nature d'un futur tramway de Liège. Par conséquent, le tramway de Bâle et le tramway de Zurich, tous deux présentant un réseau très dense, sont devenus aujourd'hui un très fort atout dans leur région. Le freinage fut longtemps assuré par un frein à vis avec ou sans racagnac manipulé par le cocher, puis le machiniste et le wattman (ou garde-moteur). Strasbourg, après avoir longtemps envisagé le VAL, couple également tramway et requalification urbaine, et la remise en cause de la place accordée à l’automobile en ville. Pour le comptage des accidents, les méthodes de comptage du BAAC (Bulletin d'analyse acidents corporels) diffèrent de celles de la SNCF[5]. Beaucoup sont rachetées à vil prix par un cartel regroupant des entreprises liées à l'automobile (General Motors, Standard Oil, Firestone…) qui ferment la plupart des réseaux au profit de bus[16]. Par son aspect visible, sa présence dans les rues, qui le différencie nettement du métro, le tramway est un vecteur puissant de renouvellement de la représentation des villes. Le développement de la vente de véhicules individuels entraîne dans certaines villes la disparition rapide du tramway du paysage urbain à partir des années 1935. Les lignes électrifiées connurent progressivement le même sort, le dernier tram vicinal électrique circulant à Bruxelles le 31 juillet 1978. Au Canada, seule la ville de Toronto garde son réseau de tramways au centre-ville, à la suite des pressions de citoyens. Plus tard, en 1853, en prévision de l'exposition universelle de 1855, une ligne d'essai est présentée sur le Cours la Reine, dans le 8e arrondissement de Paris. Le poids et les vitesses augmentant, il fut rapidement décidé de faire appel au frein pneumatique, alimenté par un compresseur muni d'un réservoir tampon ou au frein électrique rhéostatique et enfin aux patins magnétiques. Elle dessert plusieurs quartiers de Genève et quelques communes de l'agglomération. Il circule sur une ligne ferroviaire classique comme un train de banlieue et éventuellement, les plans prévoient des rails au centre-ville pour faire une partie de son trajet comme un tramway. La voie est le plus souvent encastrée dans la chaussée et dans ce cas, fait appel à des rails à gorge comprenant une ornière destinée à accueillir le boudin des roues des véhicules y circulant. Le manque à gagner est évalué à 3 millions d’euros par an pour Keolis. Pour un BHNS et un trolley en site propre les coûts sont similaires. Dans la région de Braga au Nord du Portugal, il est possible de louer un T2 (appartement de 2 chambres) pour un prix qui varie entre 400€ à 600€. On reproche parfois au tramway l'aspect inesthétique des lignes aériennes de contact (LAC), notamment dans les centres historiques. Le plancher … Cependant, le redéploiement des réseaux de tramways se fait désormais au niveau régional, avec des investissements assez différents entre les régions flamande, wallonne et de Bruxelles-Capitale. Le danger d’électrocution pour les occupants du tramway lors d’un déraillement, ce dernier voyant ses parties métalliques normalement mises à la masse portées au potentiel de la ligne d’alimentation, ce qui exposait les occupants à l’électrocution s'ils devaient poser simultanément un pied sur la chaussée (à la terre) et l'autre sur une partie métallique du tramway sous tension (normalement à la terre). Certains réseaux de tramway se sont dotés de rames fret, permettant la desserte d'usines situées dans les villes. Bordeaux : le tram est-il adapté à l’agglo millionnaire . En ligne droite, le tramway a un niveau sonore comparable à celui d'un bus électrique. L’adoption de la perche a forcé les réseaux à recourir au retour du courant de traction par les rails, ce qui introduisit plusieurs inconvénients. La ligne 6 du tramway d'Île-de-France [1], en abrégé la ligne T6, est une ligne de tramway sur pneumatiques mise en service le 13 décembre 2014 [2]. De plus, le tramway (comme d'ailleurs le bus), permet aux voyageurs de rester en contact avec la lumière naturelle, de pouvoir bénéficier des aménagements architecturaux de la ville, de pouvoir visiter les quartiers desservis comme avec un système touristique à moindre frais et éventuellement de pouvoir utiliser leur téléphone portable. Au sens strict de la définition du tram train, en France, la première ligne ouverte est celle du tram-train Mulhouse-Vallée de la Thur qui depuis le 12 décembre 2010 relie Mulhouse à Thann. La construction de l'infrastructure nécessite des travaux qui gênent les riverains et la circulation. CRC Press, 2016. Tramway sur pneu de Nancy. Sur ces deux lignes, trains et tramways circulaient ensemble. Et qui paie quoi ? Il s'agirait d'un mot issu d'un culture germanique ancienne, de la région de la Mer du Nord. Mexico, ville le plus embouteillée du monde : Zachary M. Schrag, « The bus is young and honest », Technology and Culture, vol. Le coût de la première phase du projet qui comprend la réalisation de la première section de la ligne de tramway T1 et de 5 corridors de bus, est estimé à 690 millions de dinars. en site propre (métro, tramway), quelle que soit la méthode de creusement. Pendant la première moitié du vingtième siècle, la Belgique a développé de nombreux réseaux de tramways dans plusieurs grandes villes ainsi que de nombreuses lignes qui reliaient les régions dépourvues de train : les tramways vicinaux de la SNCV. Le tramway est souvent bondé, sa fréquentation ne cesse de grimper. Mais la complexité de sa construction ne justifiait son utilisation qu’aux endroits où c’était absolument indispensable, principalement par souci de préserver les centres historiques des villes de la concentration de poteaux et de lignes aériennes peu esthétiques, trouvait-on. Son tramway, inauguré en 1994, offre de larges baies vitrées, et roule sur un tapis d’herbe. Les tramways des États-Unis ne sont pas des tramways à impériale[T 1] afin d'améliorer la fluidité d'accès aux voitures. La tarification y bénéficiait d'un système de classe unique[T 4] avec un tarif de cinq centimes de dollar[T 5]. En réalité, ces contraintes sont généralement utilisées pour réhabiliter les centres de villes et les rendre plus attractifs et dynamiques. Il faudrait, dans tous ces secteurs moins denses en habitants, envisager des modes de desserte moins onéreux que le tram ou le bus…", Et de poursuivre : "On paie le prix d’un tracé très politique, qui vise à satisfaire les maires et qui néglige des axes majeurs comme les cours et les boulevards bordelais, où la possibilité d’une desserte tram doit être étudiée. Une disparition partielle et temporaire du paysage urbain, Un kilomètre de tramway représente en général entre le tiers et le cinquième de l'investissement pour un kilomètre d'une ligne de, bien que, potentiellement, si un système ferroviaire est adopté, des liaisons pourraient être faites, Electric Railway Presidents Conference Committee, La Nature, premier semestre 1877, page 343 article très documenté intitulé. Grenoble est la première ville française à coupler la mise en place du tramway avec un projet de requalification urbaine. Le nombre de voyageurs par véhicule n'y était pas limité[T 4]. Ils circulent en 1832 sur la ligne de New York à Harlem[7] et en 1834 à La Nouvelle-Orléans. L'emprise foncière des voies est importante et sans valeur ajoutée pour les citoyens. L'alimentation aérienne posant un problème esthétique et pour le passage des convois exceptionnels, il fut à divers moments proposé divers systèmes censés permettre de se passer du fil aérien. Le matériel utilisé doit être compatible avec le chemin de fer classique (signalisation, puissance, résistance). En effet, en se passant de l’installation de rails et de caténaires, ART voit son coût de production chuter par rapport au tramway classique. L'offre de ce mode de transport en commun contribue à un maillage plus efficace de l'ensemble du réseau, notamment en cas de combinaison avec le tramway classique. Un système différent (Translohr) est exploité à Clermont-Ferrand, Padoue ou encore Shanghai et en Île-de-France (lignes T5 et T6). N. Petrova. Mais le surcoût vient en France d'une politique de rénovation urbaine qui consiste lors de la construction de nouvelles lignes à rénover "de façade à façade", refaire la voirie de manière complète, le quartier d'une manière générale, pour densifier les zones desservies et généralement améliorer la mixité sociale. Enfin à Liège, d'où le tram avait totalement disparu, une nouvelle ligne est en construction. Selon ce taux, déterminé chaque année au terme d’un questionnaire auprès de 5 000 voyageurs, un dixième des usagers (10,5 %) fraudait en 2012. En Europe après 1945, les États-Unis subventionnent largement le pétrole dans le cadre du Plan Marshall afin d'ouvrir de nouveaux marchés à l'automobile, ce qui précipite la disparition de réseaux de tramways encore actifs comme à Rouen en 1953[16]. Même si le type d’énergie n’est pas le même, une si forte baisse engendrera forcément un coût d’utilisation moindre. Ces travaux permettent également une rénovation complète des réseaux souterrains à moindre frais pour les propriétaires ou exploitants (conduites de gaz ou d'eau anciennes remplacées, évacuations des eaux pluviales redimensionnées, égouts remis à niveaux…). La ville d’Ottawa (Canada) exploite notamment depuis 2001 une ligne de train léger dénommée O-Train au moyen de 3 rames diesel de 72 t « Talent BR643 DMU » (Bombardier), à titre de projet-pilote sur 8 kilomètres (5 stations), avant la mise en construction de 2 lignes complètes.

Maison à Vendre Bonneville, Pale Et Terne Mots Fléchés, Playmobil Xxl Jouet Club, Maine Coon à Donner Gratuit, Camping Les Mouettes Carantec, Tondeuse Autoportée Husqvarna,